Découvrez
Communauté de communes Bazois Loire Morvan

46 communes

toute l'année



La Communauté de communes évolue pour devenir Bazois Loire Morvan. L'ensemble des manifestations peut être retrouvé sur les sites des offices de tourisme ainsi que sur les différentes pages facebook qui fonctionnent encore.
N'hésitez pas à contacter les offices, notamment au 03 73 21 03 00 pour avoir toutes les informations

Plus d'informations dans l'Agenda des manifestations

 

Vandenesse

un carrefour pour un jour ou pour toujours

Présentation . A la découverte du village - circuit . Vandenesse, carrefour d’un jour ou de toujours . Informations pratiques


Voir les journaux de la commune

 

Présentation


Vandenesse est situé à l’extrémité sud de la dépression du Bazois et à l’ouest du massif du Morvan. Le bourg se trouve sur la rive droite de la Dragne.

La commune a une superficie de 3 249 ha, l’altitude varie de 202 m (au confluent de la Dragne avec l’Aron) à 267 m (à la limite sud de la commune sur la route de Rémilly).

Nombre d'habitants : 347 (en augmentation)
Dénomination des habitants : Vandenessois

 

Canal du Nivernais



Origine du patronyme : Vandenesse vient du nom gaulois « vindo » qui est l’un des seulement 150 mots qui nous sont parvenus de la langue gauloise.

Il signifie « clair » ce qui évoque l’idée d’eau et de ruisseaux, ce nom peut aussi venir d’une déesse gauloise régionale « Vindenossa » dont la nom a la même origine : « vindo ». Le nom de Vandenesse ne se retrouve que dans la Bourgogne.

haut de page

 

A la découverte du village – circuit


Vous venez de Nevers, Decize puis Cercy-la-Tour, et allez arriver à Vandenesse.
Vous entrez dans le canton de Moulins-Engilbert et dans la Communauté de communes du Sud Morvan.


Gare de Vandenesse

A 2 km avant le village vous verrez le panneau : Vandenesse Gare, tournez à gauche, vous trouverez l'ancienne gare qui dans le passé eut une importance certaine.

La ligne passant à Vandenesse est mise en service le 24 juin 1878. Cette ligne de 84 km à voie unique Cercy-la-Tour - Clamecy (1870) permettait de rejoindre Auxerre et Paris (par Laroche-Migennes). La gare de Vandenesse – Saint-Honoré-les-Bains se trouve alors à 301 km de Paris via Auxerre contre 314 km via Nevers.

Avant la première guerre mondiale, il y a trois allers-retours Cercy-la-Tour - Clamecy par jour et un aller-retour Cercy-la-Tour - Château-Chinon.

Entre les deux guerres mondiales, des voitures directes (sans changement) furent mises en service entre Paris et Cercy-la-Tour via Auxerre, avec arrêt à Vandenesse ce qui permit aux curistes de rejoindre facilement la station thermale de Saint-Honoré-les-Bains.

Le service voyageur par voie ferrée se termina le 5 octobre 1952 sur la ligne passant à Vandenesse.

Néanmoins, cette ligne ferroviaire reste ouverte dans la totalité de son parcours (ce qui est maintenant rare en France) pour le service marchandises grâce à l’importante carrière de Porphyre (roche) de Picampoix à Sardy-lès-Épiry. Celle-ci fournit du ballast à des lignes de chemins de fer en construction, telles les lignes TGV, ou existantes, en renouvellement de ballast, et à des autoroutes en construction.
 

  haut de page

Le château (15ème – 18ème siècle) Propriété privée

Après cette visite, reprenez la route en direction de Vandenesse.
Dès l'entrée du village, vous pouvez vous arrêter pour admirer, à votre droite, un magnifique château.

Contrairement aux autres places fortes des environs (Moulins-Engilbert, Cercy-la-Tour) qui furent bâties aux sommets de collines, le château de Vandenesse fut construit dans le fond de la vallée de la Dragne car sa défense était basée sur des fossés entourés d’eau.

La seigneurie de Vandenesse est achetée à la fin du 15ème siècle par la puissante famille de Chabannes, famille d'hommes de guerre du Limousin.

 

Carte postale ancienne du château

Une vue du château aujourd'hui



En 1570 les troupes de l’amiral de Coligny pénètrent dans la région du Bazois et les combats entre catholiques et protestants font rage.
L’église du 12ème siècle est brûlée et le château endommagé. En 1663, la terre de Vandenesse est érigée en marquisat par le roi Louis XIV.

Au 18ème siècle, le marquisat de Vandenesse reste en possession des Olivier-DeFiennes-DuBois.
 Le marquisat de Vandenesse revint ensuite à Charles-Léonard de Baylens, marquis de Poyanne (Dax 1718-Vendôme 1781)

L'une des ses deux filles, la cadette, Marie-Charlotte-Rosalie de Baylens (1760-1828) épouse en 1778 Hélie-Charles de Talleyrand-Périgord (1754-1829), prince de Chalais, et lui apporte le marquisat de Vandenesse.

À la Révolution, le château de Vandenesse devient un bien national et son acquéreur en abattit la moitié nord-ouest en 1796.

Au 19ème siècle, Hélie-Louis de Talleyrand-Périgord, (dernier) prince de Chalais (1809-1883), est propriétaire du domaine.
C'est lui qui fit construire la nouvelle église (Saint Saturnin).

En 1883, le château et leurs domaines passent à Charles, comte De Mérode-Westerloo, Maison De Mérode.

Depuis 1909 la possession est passée à la famille De la Roche-Aymon.
A l'intérieur, le château a beaucoup souffert de la Révolution (disparition du mobilier) et aussi de l'occupation allemande.
 

haut de page

Le Village

Vous pouvez poursuivre votre promenade à pied pour découvrir le village.

Dès les premières habitations, observez les maisons faites avec des pierres de Vandenesse. La carrière, située au hameau « le Mousseau », sur la route de Saint-Honoré-les-Bains, est hélas depuis longtemps abandonnée.

Il faut dire que Vandenesse eut au 19ème siècle une activité importante.
Vandenesse est la commune du canton de Moulins-Engilbert qui a connu la plus forte activité économique non agricole.

Ainsi le village possède en 1723 une verrerie et, au 18ème siècle, des carrières dont celle au nord du hameau du Mousseau sur la route du domaine du Terreau, qui permit la construction de nombreuses maisons, des mines, des forges, un fourneau de métallurgie, un foulon, une huilerie et des moulins, un couvent de religieuses (Dominicaines des Campagnes) fermé vers 1970.
 

Couvent au premier plan et château en arrière plan

 

La population s'élève à 1 303 habitants en 1870 et 1 261 habitants en 1892 (dont 629 dans le bourg même, 152 dans le hameau du Mousseau, 81 dans le hameau des Coques, 77 dans le hameau de Nourry).

Les foires étaient le 25 février, le lundi de Pâques, le 14 septembre et le dernier jeudi/dimanche de novembre, jour célèbre de la « Saint-André », patron du village et patron de la Bourgogne.
Le marché avait lieu chaque vendredi.

  haut de page

L'église

Vous arrivez maintenant sur la place du village où vous allez vous reposer quelques instants au pied de l'imposante église.
 

L'église un jour de marché


Au 19ème siècle, Hélie-Louis de Talleyrand-Périgord est propriétaire du château.

C'est lui qui fit construire la nouvelle église Saint Saturnin du village. Les travaux débutèrent le 4 juillet 1858, l’inauguration eu lieu le 1er octobre 1859.



La Place

Sur la place du village, vous remarquerez deux grandes bâtisses avec les inscriptions encore visibles Hôtel du Commerce et Pension de Famille attestant de l'importante activité commerciale et artisanale de ce village au 19ème siècle.

 

L'ancienne pension de famille

 haut de page

L’ancienne église

Au 2 rue du gué vous trouverez l’ancienne église, datant du 12ème siècle, transformée en habitation (prendre la rue Creuse derrière l'église et tourner à droite).
 

L'ancienne église


La paroisse de Vandenesse fut érigée en 1032. C'est dans cette église que l'évêque Guillaume Tollet ou Tollé exerça son ministère.

Guillaume Tollet (né à Moulins-Engilbert en 1735, mort en 1805), fut curé du village de Vandenesse puis élu évêque constitutionnel de la Nièvre en 1791.
Il y restera jusqu'au Concordat de 1801. Il fut aussi élu Président du Directoire (Conseil Général) de la Nièvre en 1792.

Après sa disgrâce, il revint comme curé à Vandenesse où il finit ses jours.

De cette bâtisse, plusieurs fois incendiée, vous pouvez encore voir l'abside romane semi-circulaire.


haut de page

Lavoirs

En remontant la rue du Gué, vous arrivez à l’un des trois lavoirs de la commune. Il s’agit du lavoir de la Fontaine d'Orillon, construit vers 1885.

Les autres lavoirs :

  • le lavoir du Mousseau a été construit à la même époque.

  • le lavoir des Vermines (sur la route de Nourry) aurait été aménagé en 1935 d'après la date gravée sur le mur.

Lavoir du Mousseau



Camping - Plan d'eau

En poursuivant votre chemin, vous arrivez à un petit plan d'eau et au camping communal.
 


Se promener

Si vous souhaitez faire une promenade en vélo ou une marche en toute tranquillité, revenez sur la place du village, prenez la direction de Montigny-sur-Canne, et, à environ  2 km, vous traverserez le pont de l'Aron pour atteindre le Canal du Nivernais où vous pourrez stationner.


Commémoration

Une stèle sur la route de Saint-Honoré-les-Bains dite "stèle des Champs Blondiaux" rappellent un évènement tragique de la seconde guerre mondiale lorsque le maquis de Fours-Montaron fut anéanti par les troupes allemandes. Quatre otages, pour lequels a été érigé cette stèle, ont été fusillés à l'orée du bois. Un autre monument a été installé pour le même évènement au hameau de Corcelles à Montaron.
 

haut de page 
 

Vandenesse : carrefour d'un jour ou de toujours

 

Un emplacement géographique intéressant

Vandenesse bénéficie d'un emplacement géographique intéressant :

  • à 10 km, Moulins-Engilbert dispose de nombreux commerces et artisans

  • à 6 km, Saint-Honoré-les-Bains est une station thermale et un centre touristique.

  • Situé au pied du Morvan, le village est distant de 25 km de Château-Chinon, Luzy, Decize ou Châtillon-en-Bazois.

     

 

haut de page


Les atouts de Vandenesse

Pour une escale d'un jour ou pour toujours, Vandenesse présente de nombreux atouts :

  • Un cadre calme et verdoyant, offrant de nombreuses possibilités de promenades ou randonnées.

  • Des eaux vives (rivières), la Dragne traverse le village, tandis qu'à l'ouest, une autre rivière l'Aron s'écoule nonchalante peu pressée de rejoindre la Loire à Decize.

  • Le Canal du Nivernais, situé à 2 km du bourg, vous invite à faire une escale et à vous promener en vélo dans les environs.

  • De nombreux étangs vous offrent des possibilités de pêche.

  • Le village dispose d'un camping municipal situé près d'un plan d'eau. Arboré, ce camping offre 21 emplacements potentiels, avec eau chaude, douches et sanitaires.

  • Le village a un terrain de sport et une équipe de football.

  • Une boulangerie – épicerie (ouverte en juillet 2015)

  • Un restaurant saura vous faire apprécier la cuisine locale.

  • Pour vous qui envisagez un séjour plus long, Vandenesse dispose d'une école en regroupement pédagogique avec Rémilly, village situé à environ 10 km (cantine et transports scolaires assurés).

  • Une agence postale communale : l'APC met à disposition une tablette numérique sur laquelle sont consultables le site internet de la Communauté de communes et les produits et services de la Poste.

     

Brocante de Vandenesse

 

haut de page
 

Informations Pratiques


Mairie

4 rue de la République
58 290 Vandenesse
Tél / Fax : 03 86 30 74 06
 
Maire : Mme Monique CHAMARD
 

Horaires d'ouverture :
lundi et mercredi de 13h30 à 17h30
mardi et vendredi de 8h à 12 h

 

Agence Postale

5 rue de la République
58 290 Vandenesse
Tél : 03 86 30 05 27

Horaires d'ouverture :
lundi de 9h à 11h
du mardi au jeudi de 9h à 12h
  vendredi de 9h à 11h

 

Dépôt de pain

A partir de juillet 2015,
dépôt tous les jours sauf le lundi, de 8h à 12h
9 route de Moulins-Engilbert à Vandenesse.
Proposé par la Maison CLAIRE qui prépare son pain à sa boulangerie de Fours.
 

Point de lecture de la Bibliothèque de la Nièvre

Dans les locaux de l'Agence Postale
Tél : 03 86 30 05 27

Ouvert à tous, les jours d'ouverture de l'Agence Postale

 

École de Vandenesse

 Rue de la République
  

Camping

Pour tout renseignement, contactez la Mairie
Télécharger la brochure

haut de page
 

 

Retour vers la carte